Dividendes bourse : comprendre leur fonctionnement

L’investissement des actions en bourse implique souvent des problématiques liées aux dividendes. Bien que le sujet semble connu du grand public, il est important de se renseigner davantage sur ces fameux coupons. Ce qui permet également d’éviter de devenir incollable sur le dividende. Ce dernier peut avoir des impacts sur le détachement du coupon sur le cours des bourses des actions. 

C’est quoi un dividende bourse ?

Le dividende est un quote-part des bénéfices de société qui seront par la suite distribuées aux actionnaires sous forme de coupons. Son versement et son montant peuvent varier selon le résultat de la vote lors de l’assemblée générale. Il peut être de nature régulière ou exceptionnelle comme dans le cas d’une vente d’actifs par la société. Pour en apprendre plus avec revenusetdividendes.com, cliquez sur ce lien.

Dans le meme genre : Tutoriel Masternode : le guide pour maximiser ses investissements immobiliers dans la crypto monnaie

La fréquence de distribution du dividende se fait généralement par an. Toutefois, il peut être versé tous les mois, tous les trimestres, etc. Ce qui est souvent le cas chez les foncières côtées américaines et canadiennes. En général, le dividende est réparti en cash. Une ligne créditrice apparaît sur le compte titre de chaque actionnaire ou sur son PEA. Le montant affiché correspond au montant du dividende multiplié par le nombre d’actions détenues. Certaines sociétés proposent le versement de dividendes en actions nouvelles. Dans ce cas, l’actionnaire obtient une quantité d’actions nouvelles, équivalente aux dividendes en cash, et non de l’argent. 

Le calcul du rendement du dividende

Il existe deux manières pour calculer le rendement du dividende. Si l’investisseur dispose déjà d’actions, le montant du dividende par action sera divisé par le prix de revient unitaire. Par contre, si l’investisseur ne possède pas ses actions, le montant du dividende par action sera divisé par le cours de bourse de l’action. Le versement de dividendes est régi par une règle générale. Leur montant est systématiquement soustrait du cours d’ouverture du jour de son versement. 

A lire en complément : Leasing pour matériel médical : comment fonctionne la location financière ?

Comme la valeur du coupon est toujours déduite du cours de l’action, il n’est pas évident de réaliser un gain rapide en achetant ses actions la veille du versement du dividende pour les revendre le surlendemain. Toutefois, cela n’est pas forcément vrai sur le plan fiscal. En effet, la date de détachement du coupon peut être considérée comme un fait générateur d’imposition.

En ce qui concerne la fiscalité du dividende, la nouvelle loi de finances en vigueur a permis de simplifier les choses. Auparavant, l’imposition des revenus du capital était soumise à 15,50 % des prélèvements sociaux, associée à une imposition de barème de l’impôt sur le revenu. Les hauts revenus peuvent être ainsi soumis à des taxes pouvant aller jusqu’à 60 %.

L’instauration de la flat tax a permis à tout investisseur, de tous niveaux de revenus confondus, d’être taxé à un taux fixe de 30 %. Cela inclut 17,20 % de prélèvements sociaux et 12,8 % d’imposition pour l’ensemble des revenus du capital, c’est-à-dire les plus-values sur actions et la perception des dividendes. À noter que l’imposition au prélèvement forfaitaire n’est pas obligatoire. Le choix de l’option repose avant tout sur les revenus du foyer fiscal, sachant que l’imposition au barème de l’impôt sur le revenu permet de générer un abattement de 40 % sur la perception des dividendes.

Copyright 2024. Tous Droits Réservés